PT|EN|ES|FR

MAIA À CÉLÉBRER. PANIERS DE FLEURES
MAIA




SYNOPSIS

La municipalité de Maia a choisi d'enregistrer le thème des paniers de fleurs traditionnelles "canastras florais" utilisées pour le défilé de rues organisé chaque année dans la commune de Nogueira da Maia, où l'on peut encore apercevoir aujourd'hui un paysage parsemé de vert, révélant ainsi sa ruralité.



DESCRIPTION











[#1] Maia, V. M. d. S. (2011, Janeiro). Santa Maria de Nogueira, Monografia, Volume 1. Nogueira, Maia: Edição de autor. ISBN 978-989-20-2269-7.

[#2] Paulino, F. F. (2013, Dezembro). "Maia em Festa, Canastras Florais". (Maia: Área Metropolitana do Porto 2013), Filme, 18 min.

[#3] Tavares, A. M. M. (1999). Canastras florais maiatas e a religiosidade de um povo (século XIX e XX). Em P. S. Machado e J. A. M. Marques (Eds.), Maia, História Regional e Local, Volume II, pp. 205-225. Câmara Municipal da Maia.

"Dans les premiers jours de ces festivités, il était tradition pour la population d'offrir des fleurs à la Vierge Marie. Les fleurs étaient transportées dans des paniers de fleurs appelés "canastras". Ces paniers d'environ un mètre de haut étaient faits en canne d'inde et étaient couverts de myrte et de fleurs fraîches, cueillies dans les jardins. Cette tradition, qui s'est perdue au fil du temps, a été récupérée dans les années quatre-vingt-dix, et est actuellement l'un des points forts de ces festivités. Elle prête au festival une couleur différente et voyante" [#1]. À Pedras Rubras, commune de Moreira, existe une Chapelle associée à la Notre-Dame Mère des Hommes, protectrice de l'humanité où existe une forte dévotion à Notre-Dame, qui vient probablement de la fin de la seconde moitié du XVIIIe siècle, avec plus de ferveur dans la fin du XIXe siècle et au début du siècle XX.

Les festivités ont lieu dans le courant du mois de juin, avec messe solennelle, sermon et procession au cours desquels les paniers de fleurs sont incorporés et où l'on peut voir l'allure balancée des femmes qui les portent. Maître Albino, peintre naïf, a documenté ces festivités par de simples coups de pinceau sur la toile : les couleurs des fleurs et le vert du myrte reposaient sur une "canastra" d'épais rubans de bois .

La chapelle de Notre-Dame Mère des Hommes était remplie de couleur et de fraîcheur. C'est dans ce lieu des "Pedras Ruivas" (Pierres Rousses, nom de l'emplacement jusqu'à la fin du XIXe siècle, tombé en désuétude au cours du XXe siècle pour devenir "Pedras Rubras", Pierres Rouges), que les paniers de fleurs ont eu leur splendeur. On venait de partout, de la paroisse de Moreira et de Vila Nova da Telha, pour les déposer à la porte de la chapelle, les meilleurs paniers étant disposés à l'intérieur près de l'autel.

Selon Armando Tavares [#3], il n'est pas possible de donner une date précise pour la naissance de cette tradition par manque de documents écrits l'attestant. S'appuyant sur des sources orales, maître Albino dit qu'elle doit avoir eu ses origines dans les paroisses de Moreira et Nova Vila de Telha "[...] deux siècles entourent cette tradition d'offrir des fleurs en forme de panier à Notre-Dame Mère des Hommes, ainsi qu'à Notre Dame do Bom Despacho" (Bon Commande).

L'origine des Paniers de Fleurs à Maia est très difficile à dater, mais doit probablement remonter à la fin du XVIIIe siècle, passant de génération en génération, jusqu'à Maître Albino, qui, enfant, s'est mêlé à l'agitation de la préparation de la fête, et qui a porté avec lui l'intérêt pour cette tradition, mais qui s'est toutefois un peu perdue par la suite. À la fin de 1980, la tradition renaît aux mains de maître Albino. Cette tradition "grâce au maître Albino (au cours de l'année 1980) renaît" [#3], avec l'introduction d'un exemplaire de canastras dans le défilé ethnographique de Maia.

À l'approche de la fête en l'honneur de Notre Dame Mère des Hommes et Notre Dame do Bom Despacho, patronnesse des terres de Maia, commençait une agitation et des rassemblements dans les maisons des organisateurs de la confection des paniers. Un groupe de personnes guidé par Maître Albino, procédait à la collecte des fleurs, de myrte et d'autres plantes pour la décoration des rues et des mâts d'ornement, les couvrant avec ce que la nature a donné.

Les paniers, allongés et bas, étaient armés avec une structure verticale, construite en canne d'inde et attachée avec du fil. Cette structure était renforcée par plusieurs tiges pour supporter le poids du myrte (famille des Myrtacées). Puis on intégrait les fleurs sauvages récoltées dans les chemins des champs, pour faire des dessins souvent avec des motifs religieux. Les paniers pesaient environ 35 kg. Des groupes d'hommes, de femmes et d'enfants se réunissaient à l'avance dans le secret, pour planifier comment le panier serait fait et garni.

Le transfert de ces connaissances presque perdues a été organisé en 1994, avec l'administration de cours de formation à deux représentants de chacune des dix-sept paroisses de la municipalité de Maia. Les résultats ont été montrés publiquement avec l'intégration de paniers dans la procession en l'honneur de Notre-Dame do Bom Despacho de 1994 [#3].

La "matérialisation de la foi se manifeste [...] dans les offrandes, les processions, les fêtes et festivals populaires. Les Paniers de fleurs sont inclus dans ce mode de matérialisation de la foi [...]" [#3].

En 2013, la construction des paniers, les techniques et les matériaux utilisés sont très différents de ceux des années 90 du XX siècle, en particulier en raison de la difficulté de trouver suffisamment de myrtes pour préparer les paniers. Les structures de base sont construites en polystyrène , et les décorations y sont fixées avec des épingles . Les paniers varient tant en matériaux comme en stratégies décoratives, bien que les matériaux les plus utilisés continuent à être d'origine végétale. Chaque groupe définit un thème, gardé secret pendant toute la phase de planification et de construction. La réalisation prend place environ trois semaines à un mois avant les festivités. La motivation pour la construction des paniers continue aujourd'hui à être de nature religieuse et selon la tradition, chaque groupe représente un lieu de Nogueira da Maia. Une des difficultés de ces groupes est la transmission d'une tradition qui, malgré de nombreuses années d'existence, n'est pas suffisamment attrayante pour les jeunes générations. Pour tenter de remédier à cette difficulté, on a impliqué dans les festivités trois écoles représentatives de différents cycles d'études du Groupement Verticale du Levante, dans la paroisse Nogueira. Toutefois, en raison de problèmes de santé et sécurité, car des épingles et des instruments de coupe sont utilisés, les élèves n'ont pas participé à la construction des paniers, mais seulement à la procession.

Compte tenu du court délai de construction des paniers, et de l'indisponibilité temporaire de certains des participants, il n'a pas été possible d'enregistrer quelques-uns des groupes qui faisaient partie des festivités lors de la construction des paniers de fleurs, mais ils ont été tous représentés lors des apparitions publiques, dans la procession en l'honneur de Notre-Dame da Hora. Neuf groupes ont participé à ce festival: Groupe Couple {F.9}, Groupe Église , Groupe Barroso {F.10}, Groupe Vilar, Groupe Plume, Groupe Rivière {F.24}, Groupement Vertical du Levante qui se compose du Groupe scolaire EB2,3 Nogueira {F.23}, Groupe scolaire Mont Calvaire , et Groupe de l'école du Barroso . En plus de ces participants, Maria Pureza Barbosa, fille de Maître Albino, a participé avec des informations sur la tradition des paniers de fleurs.

Actuellement, à Nogueira da Maia, s'effectue deux festivals, l'un d'eux est celui que nous intéressent car il continue à intégrer les paniers de fleurs, c'est celui de Notre-Dame da Hora, le troisième dimanche de mai [#1].

Ce festival a commencé suite à un prétendu miracle qui s'est produit avec Manoel da Costa et sa femme Eusébia, de Lugar do Rio. Eusébia avait fait une chute alors qu'elle était enceinte, ils implorèrent Notre-Dame da Hora pour ne pas perdre l'enfant. Leur prière ayant été entendue (1876), le mari et père de l'enfant fit sculpter dans le bois une image de Notre-Dame, qu'il offrit à l'église (1877), après s'être engagé à organiser des festivités en son honneur. L'image a été placée dans la chapelle du mont Calvaire, remplacé plus tard par une du maître de l'art sacre Luciano Thedim.

Actuellement, la procession des paniers de fleurs traverse les rues du centre entre l'Église de Nogueira et la chapelle de Notre Dame da Hora sur le mont Calvaire, où ils sont exposés et peuvent être admirés par les fidèles et le grand public pendant une semaine.

Le documentaire "Maia en fête, Paniers de Fleures" [#2] explore et enregistre ce fait, en utilisant comme informateurs clés les habitants, principalement ceux de Nogueira da Maia, qui appartiennent à des groupes privés ou institutionnels qui ont directement participé à cette activité. Ces neuf groupes correspondent à neuf endroits représentés dans les festivités de 2013.



Top


PHOTOS


Thumbnail Image
Matières premières traditionnelles : la canne indienne.
Thumbnail Image
Peintures de Maître Albino (peintre naïf) représentant les paniers à fleurs.
Thumbnail Image
Groupe Igreja.
Thumbnail Image
Les matières premières modernes sont très différentes des traditionnelles.
Thumbnail Image
Couvrant de myrte.
Thumbnail Image
Clouer les décorations avec des épingles.
Thumbnail Image
Détail de construction.
Thumbnail Image
Finalisation: garnir de fleurs.
Thumbnail Image
Construction par le groupe Casal.
Thumbnail Image
Construction par le groupe Barroso.
Thumbnail Image
Le processus de construction, le concept.
Thumbnail Image
Les structures de base construit en polystyrène.
Thumbnail Image
Le processus de construction, détail.
Thumbnail Image
Carnet de croquis.
Thumbnail Image
Détail.
Thumbnail Image
Préparation de la parade de rue: rassembler et transporter.
Thumbnail Image
Préparation de la parade de rue: rassembler et transporter.
Thumbnail Image
Préparation de la parade de rue: rassembler et transporter.
Thumbnail Image
Préparation de la parade de rue: le point de départ.
Thumbnail Image
Préparation de la parade de rue: le point de départ.
Thumbnail Image
Groupe Escola do Barroso.
Thumbnail Image
Groupe Escola Monte Calvário.
Thumbnail Image
Groupe Escola EB2,3 Nogueira.
Thumbnail Image
Procession en l'honneur de Notre-Dame de l'Heure (Nossa Senhora da Hora), les groupes Rio, Pena, Barroso et Vilar.


Top


VIDÉOS



Vidéo 1

Version Normal


Durée:

18:20


Sous-titres:




Regarder Download HD


Vidéo 2

Version Abrégée


Durée:

6:12


Sous-titres:




Regarder Download HD




Top



BIBLIOGRAPHIE

[#1] Maia, V. M. d. S. (2011, Janeiro). Santa Maria de Nogueira, Monografia, Volume 1. Nogueira, Maia: Edição de autor. ISBN 978-989-20-2269-7.

[#2] Paulino, F. F. (2013, Dezembro). "Maia em Festa, Canastras Florais". (Maia: Área Metropolitana do Porto 2013), Filme, 18 min.

[#3] Tavares, A. M. M. (1999). Canastras florais maiatas e a religiosidade de um povo (século XIX e XX). Em P. S. Machado e J. A. M. Marques (Eds.), Maia, História Regional e Local, Volume II, pp. 205-225. Câmara Municipal da Maia.

Top